Jaguar XF Sportbrake 2012/2013

Jaguar-XF_Sportbrake_2013Du volume de l’élégance et une large palette de motorisation diesel : la XF Sportbrake concilie passion et raison. L’alternative so british au break germanique ?

Commercialisation en octobre

Sur le marché, Audi écoule davantage d’A6 Avant que de berline et pour BMW la proportion de Touring a atteint l’an dernier 35 % du volume de Série 5.

Une demande pour les breaks premium qui est même encore plus forte sur les marchés européens.

Jaguar a saisi le message et décline sa grande routière XF en un élégant break dynamique.

Il ne prendra pas l’appellation Estate appliquée à la X-type, mais se nommera Sportbrake. Changement de cap.
Un peu de XJ

Basée sur la berline XF restylée en novembre dernier, la version Sportbrake en reprend la ligne. Néanmoins, pour affirmer sa personnalité, les designers ont dissimulé le montant de custode en l’habillant de noir laqué.

Un gimmick déjà employé sur la limousine XJ, censé donc tirer vers le haut la XF Sportbrake tout en allégeant visuellement la poupe.

Ainsi le pavillon semble flotter à bonne distance de la ceinture de caisse.
Au niveau

Question soute, Jaguar n’indique aucune valeur concernant le volume disponible en configuration à cinq places.

Malgré un gabarit 4,96 m de long et un empattement de 2,90 m, la XF Sportbrake n’est pas à même de rivaliser avec le ténor du segment, la Mercedes Classe E dont le coffre propose de 695 à 1950 litres. En effet, la silhouette de la Jaguar est plus gracile. Pour le moment, la marque anglaise focalise sa communication sur le volume maximal qui atteint 1675 litres, et sur une aire de chargement plane de 2 m2.

Banquette rabattue, la XF Sportbrake concède donc seulement 5 litres à la nouvelle Audi A6 Avant, qui est le modèle le plus vendu du segment.

Et pour faciliter le chargement, en offrant une hauteur constante, toutes les versions seront dotées d’une suspension arrière pneumatique à correction d’assiette.

Elle se distingue ainsi de la berline, laquelle emploie des ressorts hélicoïdaux.
L’impasse sur l’essence

Ceux qui esp̩raient une XFR Sportbrake Рanim̩e par le V8 5.0 suraliment̩ d̩livrant 510 ch capable de tutoyer la Mercedes Classe E 63 AMG (V8 de 525 ch) Рseront d̩̤us.

Jaguar a fait l’impasse sur les moteurs à essence et ne proposera que des motorisations diesel, un choix dicté par la raison puisque ce carburant représente plus de 97 % de ses ventes.

En entrée de gamme, la XF Sportbrake reprend le moteur à quatre cylindres 2.2 de 190 ch doté d’un système stop/start et le bloc V6 3.0 biturbo décliné en versions de 240 et 275 ch.

Cette dernière prend la dénomination Diesel S, comme pour la berline. Quelle que soit la motorisation choisie, la transmission est assurée par une boîte automatique à huit rapports.

[321auto.com]

Plus d’images sur notre page Facebook : Facebook.com/AutoMotodz 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AlphaOmega Captcha Mathematica  –  Do the Math